WWW.THESIS.DISLIB.INFO
FREE ELECTRONIC LIBRARY - Online materials, documents
 
<< HOME
CONTACTS



Pages:   || 2 | 3 | 4 | 5 |   ...   | 16 |

«Antibiothérapie par voie générale en pratique courante dans les infections respiratoires hautes RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE ANTIBIOTHERAPIE ...»

-- [ Page 1 ] --

Antibiothérapie par voie générale en pratique courante dans les infections respiratoires hautes

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE

EN PRATIQUE COURANTE

DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES

DE L’ADULTE ET L’ENFANT

ARGUMENTAIRE

Novembre 2011 Antibiothérapie par voie générale en pratique courante dans les infections respiratoires hautes

GROUPE DE TRAVAIL

COHEN Robert, président du groupe, pédiatre, infectiologue, Créteil CHIDIAC Christian, infectiologue, Lyon FRANCOIS Martine, ORL, Paris AZRIA René, généraliste, Vétheuil GRIMPREL Emmanuel, urgentiste, Paris BARRY Béatrix, ORL, Paris POLONOVSKI Jean-Michel, ORL, Le Chesnay BINGEN Edouard, microbiologiste, Paris VARON Emmanuelle, microbiologiste, Paris CAVALLO Jean-Didier, microbiologiste, Saint-Mandé WOLLNER Alain, pédiatre, Nogent Sur Marne

GROUPE DE LECTURE

ACQUART Bernard, généraliste, Prouvy GALPERINE Tatiana, infectiologue, Lille ARNOULD Michel, généraliste, Villiers St Georges GRIGNET Jean-Pierre, pneumologue, Denain BOST-BRU Cécile, pédiatre, Grenoble HAAS Hervé, pédiatre, Nice KOSOWSKY Alain, ORL, Saint-Paul-la-Réunion BOUCHERAT Michel, ORL, St Maur des Fosses LEPORT Catherine, infectiologue, Paris BOURRILLON Antoine, pédiatre, Paris MARTIN Patrick, généraliste, Chennevières CARRE Philippe, pneumologue, Carcassonne CHALUMEAU Martin, pédiatre, Paris de MONTCLOS Henri, microbiologiste, Bourg-en-Bresse CORNETTE Michel, généraliste, Vernon NALLET Emmanuel, ORL, Pointe-à-Pitre COSTE André, ORL, Créteil PERRONNE Christian, infectiologue, Garches COULOIGNER Vincent, ORL Necker Enfants-Malades PHILIPPE Olivier, pédiatre, Neuilly sur Seine DELLAMONICA Pierre, infectiologue, Nice PIPERNO Daniel, pneumologue, Lyon FLORET Daniel, pédiatre, Lyon TOUITOU Robert, généraliste, Lagny sur Marne WEINBRECK Pierre, infectiologue, Limoges Novembre 2011 Antibiothérapie par voie générale en pratique courante dans les infections respiratoires hautes

–  –  –

METHODE GENERALE

1. INTRODUCTION DE L’ACTUALISATION DES RECOMMANDATIONS 2011

2. EVOLUTION DES RESISTANCES BACTERIENNES AUX ANTIBIOTIQUES

3. RHINOPHARYNGITE

3.1. DEFINITION CLINIQUE, GENERALITES

3.2. ETIOLOGIES

3.3. CLINIQUE

3.4. EVOLUTION SPONTANEE

3.5. FACTEURS DE RISQUE DE SURVENUE DE COMPLICATIONS BACTERIENNES

3.6. ANTIBIOTIQUES ET RHINOPHARYNGITE

4. OTITE MOYENNE AIGUË

4.1. DEFINITION CLINIQUE

4.2. PHYSIOPATHOLOGIE

4.3. CRITERES DIAGNOSTIQUES D’OTITE MOYENNE AIGUE

4.3.1. L’otite congestive

4.3.2. L’OMA purulente

4.4. FAUT-IL TRAITER TOUTES LES OMA PURULENTES ?

4.4.1. Complications graves

4.4.2. Guérison spontanée

4.4.3. Tympans mal ou non vus

4.4.4. Autres traitements

4.4.5. La paracentèse

4.4.6. Vaccin pneumococcique conjugué heptavalent et OMA

4.4.7. Vaccin Hæmophilus influenzae de type b et OMA

4.5. TAUX D’ANTIBIORESISTANCE DES BACTERIES IMPLIQUEES ACTUELLEMENT ET CONSEQUENCES CLINIQUES CHEZ

L’ENFANT

4.5.1. Epidémiologie bactérienne de l’OMA purulente

4.5.2. Résistance aux antibiotiques

4.5.3. Corrélations entre résistance et échec

4.6. ANTIBIOTHERAPIE

4.6.1. Indication

4.6.2. Traitement

4.6.3. Durée du traitement

4.6.4. Définition et gestion des échecs du traitement antibiotique

4.7. OTITE MOYENNE AIGUË DE L’ADULTE

5. SINUSITE AIGUE DE L’ADULTE

5.1. DEFINITION CLINIQUE

5.2. COMMENT RECONNAITRE UNE SINUSITE AIGUË PURULENTE

5.2.1. Prérequis physiopathologique

5.2.2. Critères diagnostiques

5.2.3. Place des examens radiologiques

5.3. FAUT-IL TRAITER PAR ANTIBIOTIQUE LES SINUSITES AIGUËS MAXILLAIRES PURULENTES ?

5.4. EXAMENS BACTERIOLOGIQUES ET RESISTANCE AUX ANTIBIOTIQUES

5.5. QUELS SONT LES ANTIBIOTIQUES A PRESCRIRE ?

6. SINUSITE AIGUE DE L’ENFANT

6.1. COMMENT RECONNAITRE UNE ETHMOÏDITE AIGUË PURULENTE EXTERIORISEE ?

6.2. COMMENT RECONNAITRE UNE SINUSITE MAXILLAIRE AIGUË PURULENTE ?

6.3. COMMENT RECONNAITRE UNE SINUSITE AIGUË PURULENTE FRONTALE ?

6.4. PLACE DE L’IMAGERIE DANS LES SINUSITES

6.5. FAUT-IL UNE ANTIBIOTHERAPIE ?

6.6. QUELS ANTIBIOTIQUES DANS LES SINUSITES MAXILLAIRES OU FRONTALES DE L’ENFANT ?

7. ANGINE AIGUE A STREPTOCOQUE DU GROUPE A

Novembre 2011 Antibiothérapie par voie générale en pratique courante dans les infections respiratoires hautes

7.1. ETIOLOGIE

7.2. DIAGNOSTIC

7.2.1. Diagnostic positif de l’angine

7.2.2. Diagnostic étiologique

7.3. EVOLUTION DE L’ANGINE A STREPTOCOQUE BETA-HEMOLYTIQUE DU GROUPE A (SGA)





7.4. PRISE EN CHARGE DES ANGINES NON LIEES AU SGA

7.5. TRAITEMENT ANTIBIOTIQUE DES ANGINES A SGA

7.5.1. Buts du traitement

7.5.2. Modalités thérapeutiques des angines à SGA

7.5.3. Attitude pratique

7.6. TRAITEMENT NON ANTIBIOTIQUE

ANNEXES

ANNEXE 1

ANNEXE 2

ANNEXE 3

ANNEXE 4

ANNEXE 5

ANNEXE 6

ANNEXE 7

ANNEXE 8

ANNEXE 9

ANNEXE 10

BIBLIOGRAPHIE

–  –  –

METHODE GENERALE

Les recommandations de bonne pratique définissent une stratégie médicale optimale en fonction de l’état actuel des connaissances et précisent ce qu’il est utile ou inutile, voire dangereux, de faire dans une situation clinique donnée. Les recommandations de bonne pratique et résultent de l'analyse des données actuelles de la science issues de la littérature, et prennent en compte les évaluations réalisées pour délivrer l’autorisation de mise sur le marché (AMM) des médicaments concernés.

Le groupe de travail a regroupé des experts de compétence (infectiologie, médecine générale, microbiologie, otorhinolaryngologie, pédiatrie, pneumologie, urgences), de mode d'exercice (hospitalier, hospitalo-universitaire ou libéral, ) et d'origine géographique divers, ainsi que des représentants de l’Afssaps. Les experts ont analysé la littérature et rédigé le document sous la direction d’un président de groupe et l’encadrement d’un responsable de projet.

L'argumentaire et les recommandations de ce travail ont été établis par le groupe selon la méthodologie de la médecine fondée sur les preuves proposée par la HAS. Les grades A, B et C sont attribués aux recommandations selon le niveau de preuve scientifique attribué aux études sur lesquelles elles reposent (cf. tableau infra). Lorsque les données de la littérature sont insuffisantes ou incomplètes, les recommandations sont basées sur un accord professionnel pour prendre en compte l'état des pratiques et les opinions d'experts.

Le texte a été soumis à un groupe de lecture avant d'être finalisé par le groupe de travail. Le groupe de lecture était composé d’experts de compétence, de mode d'exercice et d'origine géographique divers. Les experts de ce groupe de lecture, consultés par courrier, ont apprécié la qualité méthodologique et la validité scientifique des propositions, ainsi que la lisibilité, la faisabilité et l'applicabilité du texte.

Niveau de preuve scientifique de la littérature et force des recommandations selon l’ANAES

–  –  –

1. INTRODUCTION DE L’ACTUALISATION DES RECOMMANDATIONS 2011 Du fait de l’évolution préoccupante de la résistance aux antibiotiques, des données récemment publiées sur les infections ORL et l’utilisation des antibiotiques, il apparait nécessaire d’actualiser les recommandations publiées en 2004. Cette actualisation ne constitue pas une refonte complète des recommandations déjà existantes qui restent valides, mais prennent en compte un certain nombre d’éléments.

- Malgré une baisse substantielle de la consommation des antibiotiques depuis le début des années 2000 en France, notre pays reste parmi les plus gros consommateurs d’antibiotiques [1]. Les infections ORL représentent le principal motif de prescription d’antibiotique. Afin de limiter la survenue d’effets indésirables et l’émergence de plus en plus fréquente de résistances bactériennes, la prescription des antibiotiques doit être réservée aux seules situations cliniques où leur efficacité a été démontrée.

- L’incertitude de diagnostic, en particulier distinguer une infection virale d’une infection bactérienne est un déterminant majeur de la prescription inutile d’antibiotiques [2]. La généralisation des TDR pour l’angine, l’utilisation d’otoscope de meilleure qualité pour l’otite, la meilleure définition des situations cliniques justifiant des antibiotiques pour toutes les infections ORL doivent permettre de réduire cette incertitude et de limiter les prescriptions inutiles.

- En ce qui concerne les résistances bactériennes aux antibiotiques, l’évolution est contrastée.

La résistance a diminué de façon significative pour certains pathogènes (pneumocoques résistant aux bêtalactamines, Haemophilus influenzae producteurs de bêtalactamases, streptocoques du groupe A résistant aux macrolides) pour d’autres, au contraire, la situation est devenue préoccupante, notamment l’émergence et la diffusion d’Escherichia coli producteurs de bêtalactamases à spectre étendu [3]. E. Coli n’est pas une bactérie impliquée dans les infections ORL, néanmoins l’évolution de sa résistance est largement attribuée à la surconsommation d’antibiotiques prescrits pour traiter des infections respiratoires et notamment les céphalosporines. En effet, la prescription de céphalosporines est un facteur reconnu favorisant l’émergence d’entérobactéries productrices de bêta-lactamases à spectre étendu (BLSE). L’épargne de ces molécules est donc primordiale du fait de leur impact sur l’écosystème. Les céphalosporines doivent donc être désormais réservées aux situations où elles sont réellement indispensables. De plus, compte tenu de la diminution des souches d’H.

influenzae productrices de bêta-lactamases, et de l’augmentation des souches de pneumocoques de sensibilité intermédiaire à la pénicilline vis-à-vis desquelles l’amoxicilline conserve une très bonne activité, les céphalosporines orales ont perdu beaucoup de leur intérêt pour le traitement probabiliste des infections respiratoires.

- Des études récentes, de grande qualité, ont confirmé l’intérêt de l’antibiothérapie dans les otites moyennes aigues purulentes (OMAP) du nourrisson et du jeune enfant à conditions que des critères diagnostiques rigoureux soient utilisés [4,5]. Ces études renforcent les options prises dans les précédentes recommandations.

- Les ß-lactamines sont les antibiotiques le plus souvent recommandés pour traiter ces infections. Ce sont des antibiotiques temps-dépendant, pour lesquels le critère prédictif d’efficacité le plus pertinent est le temps au dessus de la CMI (temps CMI) [6]. Ceci a conduit à recommander pour certains d’entre eux, comme l’amoxicilline ou l’association amoxicilline-acide clavulanique, 3 prises par jour. Pour que ce nombre de prise allonge significativement le temps CMI, il faudrait que ces antibiotiques soient administrés en 3 prises équidistantes en temps. La réalité est que sur le terrain, ces prises sont généralement administrées au moment des repas (8 heures, 12 heures, 20 heures), laissant de larges intervalles de temps la nuit sans prise d’antibiotiques [7]. En tenant compte de ces réalités, il apparait plus pragmatique de proposer de diviser la dose d’amoxicilline journalière en 2 prises équidistantes.

–  –  –

2. EVOLUTION DES RESISTANCES BACTERIENNES AUX ANTIBIOTIQUES

La majorité des infections respiratoires hautes sont liées à des virus. Cependant, infections (angines) ou surinfections (otites, sinusites) bactériennes sont possibles expliquant que la prescription des antibiotiques soit parfois utile. Les deux principaux déterminants du choix de l’antibiotique sont l’épidémiologie bactérienne, qui change peu dans le temps et la résistance aux antibiotiques qui, elle, a beaucoup varié ces dernières années. Les bactéries les plus souvent impliquées dans les étiologies des infections respiratoires hautes sont Streptococcus pneumoniae (pneumocoque) et Haemophilus influenzae dans les otites et sinusites aiguës et Streptococcus pyogenes (groupe A) dans les angines.

Pneumocoque : résistance aux bêta-lactamines, macrolides et fluoroquinolones

Le mécanisme de résistance aux bêta-lactamines est lié à des modifications des protéines de liaison aux pénicillines (PLP). Le niveau des concentrations minimales inhibitrices (CMI) est d'autant plus élevé que le nombre de PLP modifiée(s) est important. Selon les modifications d'une ou plusieurs PLP, la diminution de sensibilité concerne non seulement la pénicilline G, mais aussi d'autres bêtalactamines telles que l'amoxicilline ou les céphalosporines. Les céphalosporines orales de 2ème ou 3ème génération sont peu ou inconstamment actives sur les souches de sensibilité diminuée à la pénicilline et sont inactives sur les souches résistantes à la pénicilline. Cette inactivité est en partie liée à leur absorption digestive faible conduisant à des concentrations sériques peu importantes. En revanche, les C3G par voie injectable restent habituellement actives.

Les données d’évolution les plus récentes sur la résistance acquise pour cette espèce en France et provenant du centre national de référence, des Observatoires régionaux du pneumocoque ou

d’études spécifiques sont :



Pages:   || 2 | 3 | 4 | 5 |   ...   | 16 |


Similar works:

«Beyond the Garret : Artists’ Studios Today / Potteries Museum & Art Gallery, Stoke-on-Trent, 16.05.15 Anna Francis, AirSpace, Stoke-on-Trent AirSpace was founded by Staffordshire University graduates David Bethell and Andrew Branscombe in 2005. They wanted to live and work viably as artists in the city. First housed in the former pottery factory building, Falcon Works, AirSpace’s mission in 2006 was as an artist-led space engaging with the local community, providing educational activities...»

«Anabaptists Meeting Muslims This page intentionally left blank Anabaptists Meeting Muslims A Calling for Presence in the Way of Christ Edited by James R. Krabill, David W. Shenk, and Linford Stutzman Scottdale, Pennsylvania Waterloo, Ontario Library of Congress Cataloging-in-Publication Data Anabaptists meeting Muslims : a calling for presence in the way of Christ / edited by James R. Krabill, David W. Shenk, and Linford Stutzman. p. cm. Includes bibliographical references and index. ISBN...»

«PILOT STUDY OF LOGGERHEAD TURTLES IN THE SHARK BAY WORLD HERITAGE AREA: MOVEMENTS AND COMMUNITY BASED CONSERVATION Final Report to the Department of the Environment and Heritage A collaborative project involving the Western Australian Department of Conservation and Land Management (CALM), Shark Bay Yadgalah Aboriginal Corporation (Inc.), Shark Bay School, Simon Fraser University, and Florida International University A project funded through Wirsing, A. J., K. Crane, M. R. Heithaus, D. Charles,...»

«Rebutting the Fair Tax “It’s not what they say that worries me. It’s what they keep quiet.” Tayra Ondina Caridad Soler-Antolick, M. A. © 2010, Updated 2013 “.by the previous ruling it was settled that the provisions of the 16th Amendment conferred no new power of taxation.” Stanton v. Baltic Mining Co, 240 U.S. 103, 112 (1916) We must reject.the broad contention submitted in behalf of the government that all receipts.everything that comes in.are income. Southern Pacific v. Lowe,...»

«WEEK 3 — OUTLINE The Supreme Preciousness of the All-inclusive Christ Scripture Reading: 1 Pet. 1:7, 19; 2:4, 6-7; 3:4; 2 Pet. 1:1, 4; Phil. 3:8-9 ‹‹ DAY 1 ›› I. The believers in Christ should have a change in their concept of value (Matt. 23:16-26; 1 Sam. 16:7; Luke 16:15; 9:54-56; 1 Pet. 3:4): A. The proper concept of value for the believers can be seen in their estimation and assessment of the following aspects of Christ and His full salvation: 1. Their valuation of the Lord Jesus...»

«Haworth, Cross Roads & Stanbury Parish Council Lisa Balderstone, Clerk to the Parish Council 5 Mill Court, Oxenhope, Keighley, BD22 9HF. Telephone: 07432 092728 Email: clerk@haworthparishcouncil.gov.uk Haworth, Cross Roads & Stanbury Parish Council Minutes Meeting held 7.00pm on Monday 20 January 2014 West Lane Baptist Church, Haworth Present: Councillor John Huxley – Chair; Councillor Nikki Carroll; Councillor Angel Kershaw; Councillor Trudy Mahon; Councillor Barry Thorne; Councillor Trish...»

«De toekomstige inkomenspositie van AOW’ers: drie scenario’s voor 2025 CPB Achtergronddocument 13 september 2013 Mathijn Wilkens (CPB) Marike Knoef (Universiteit Leiden) Jim Been (Universiteit Leiden) Miriam Gielen (CPB) Daniel van Vuuren (CPB) Samenvatting Dit achtergronddocument beschrijft een microsimulatiemodel waarmee we inkomens en vermogens van AOW’ers en niet-AOW’ers in 2025 simuleren. Het onderzoek is uitgevoerd in opdracht van een interdepartementale werkgroep die de inkomensen...»

«NSW GUIDELINES FOR GREYWATER REUSE IN SEWERED, SINGLE HOUSEHOLD RESIDENTIAL PREMISES // MAY 2008 ACKNOWLEDGEMENTS This guideline was prepared with consideration of feedback from a wide range of NSW government departments, local councils, industry and other relevant stakeholders who provided comment during public consultation on the draft guideline. A number of information sources were referenced during the development of the guideline. A comprehensive list is appended to this document....»

«Ong Chong Tee: Regulatory landscape for 2016 – positioning for a dynamic, trusted and vibrant market Keynote address by Mr Ong Chong Tee, Deputy Managing Director (Financial Supervision) of the Monetary Authority of Singapore, at the SGX Equities Dialogue 2016, Singapore, 28 January 2016. * * * Mr Loh Boon Chye, CEO of SGX Ladies and Gentlemen Good afternoon. I am delighted to join you at the inaugural SGX Equities Dialogue. A challenging start 1. 2016 has started on a challenging note for...»

«The Prefabricated House in the Twenty-First Century: What Can We Learn from Japan? A Case Study of the KST-Hokkaido House Linda BrockI and James BrownII ABSTRACT The use of wood in architecture is often linked with ideologies that address environmental sustainability, building material appropriateness, and climatically responsive design. As well, the wood industry is concerned about mass production, global markets, and resource management. Where does prefabricated housing fit into this picture?...»

«Working Paper Series Working Paper No. 05-03 December 2005 Preferential Trade Agreements and their Implications for Customs Services By Donald Feaver* Kenneth Wilson† * Queensland University of Technology, Australia † EPRU, Zayed University Preferential Trade Agreements and their Implications for Customs Services Donald Feaver∗and Kenneth Wilson† Working Paper No. 05-03 Abstract Over the last decade, debate concerning the advantages of regional or preferential trade agreements (PTAs)...»

«Table of Contents 1 Private School Education in America Summary of Proposal 2 Statistics 3-6 Orthodox Parochial Schools in America 7-21 Seattle Area Parishes and Children 22 Initial School Facilities in Seattle and US 23 Seattle Area School Proposal Goals 24 Proposed Name and Logo 25-26 Mission Statement 27 Schools to Use as Models 28 Overview of School 29-32 Curriculum 33-38 Classical Languages Research 39-42 Spiritual Life at Orthodox Prep 43 Why Choose Orthodox Prep? 44-47 Proposed Locations...»





 
<<  HOME   |    CONTACTS
2017 www.thesis.dislib.info - Online materials, documents

Materials of this site are available for review, all rights belong to their respective owners.
If you do not agree with the fact that your material is placed on this site, please, email us, we will within 1-2 business days delete him.